top of page

Quel statut choisir pour ouvrir un gîte ?

Lorsque l'on souhaite se lancer dans l'aventure de l'ouverture d'un gîte, il est essentiel de bien préparer son projet et de choisir le statut juridique adapté à son activité. Découvrez ici les différents statuts possibles pour ouvrir un gîte et les avantages de chacun d'entre eux.

Statut individuel : entreprise individuelle et micro-entreprise

Le statut d'entreprise individuelle est une option simple et rapide pour ceux qui souhaitent se lancer en solo dans la location de gîtes. Ce statut offre une grande souplesse puisqu'il permet de cumuler cette activité avec un autre métier et ne nécessite pas de création de société. Cependant, l'entrepreneur est ici responsable de ses dettes sur l'ensemble de ses biens personnels et professionnels.

La micro-entreprise est une variante simplifiée de l'entreprise individuelle, offrant un régime fiscal avantageux sous certaines conditions (notamment ne pas dépasser un seuil de chiffre d'affaires). Ce statut est particulièrement adapté pour les petites structures et ceux qui débutent dans la location de gîtes. Il permet entre autres de bénéficier d'une comptabilité allégée et d'exonérations de TVA. Toutefois, ce régime peut s'avérer limité en termes d'évolution et de développement de l'activité.

Les sociétés pour ouvrir un gîte : EURL, SARL et SAS

Les statuts de société permettent de distinguer les patrimoines personnels et professionnels des dirigeants, limitant ainsi leur responsabilité en cas de dette. Ils nécessitent cependant une gestion plus contraignante et un certain formalisme.

L'EURL : Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée 

Comme son nom l'indique, l'EURL est une société à associé unique qui lui confère une grande simplicité de fonctionnement. Elle offre la possibilité d'intégrer le régime micro-entreprise si le chiffre d'affaires ne dépasse pas certains seuils. L'EURL est appréciée pour sa souplesse et sa relative liberté de gestion comparée aux autres sociétés. En revanche, son inconvénient réside dans la fiscalité sur les bénéfices qui peut être plus lourde que dans d'autres formes juridiques.

 La SARL : Société À Responsabilité Limitée

La SARL est souvent privilégiée lorsqu'il s'agit de créer une société avec plusieurs associés. La responsabilité des membres étant limitée à leurs apports, les biens personnels sont protégés. La SARL offre également une grande flexibilité au niveau de la répartition des bénéfices entre les associés. En revanche, elle impose certaines contraintes de gestion telles que la tenue d'une comptabilité rigoureuse ou l'organisation d'assemblées générales annuelles.

La SAS : Société par Actions Simplifiée 

La SAS séduit de nombreux entrepreneurs grâce à sa souplesse de fonctionnement, même lorsqu'il s'agit d'une entreprise unipersonnelle (SASU). Ce statut offre une grande liberté en matière de gestion et de décisions. De plus, les bénéfices sont imposables selon le régime des salariés, ce qui peut constituer un avantage fiscal pour certains profils. Le principal inconvénient de la SAS réside dans l'obligation de nommer un commissaire aux comptes si certaines conditions sont remplies, engendrant ainsi des coûts supplémentaires.

L'exploitation agricole et le Groupement Foncier Rural 

Si votre gîte est intégré à une activité agricole existante, vous pouvez choisir de créer un Groupement Foncier Rural (GFR) ou de rattacher votre gîte à votre exploitation agricole. Dans ces cas, des exonérations fiscales peuvent être appliquées sous réserve de respecter plusieurs conditions, comme la taille du gîte ou encore la durée minimale de location.

Le GFR : un outil pour faciliter l'aménagement foncier agricole

Les Groupements Fonciers Ruraux permettent notamment de faciliter la transmission et la gestion des exploitations agricoles. Ils confèrent également une grande flexibilité puisqu'ils peuvent être constitués par plusieurs membres, chacun ayant la possibilité d'apporter des biens immobiliers ou des fonds à la structure. Le GFR est une solution intéressante pour diversifier ses activités tout en conservant le statut de propriétaire-exploitant agricole.

Quel statut choisir pour ouvrir son gîte ?

Le choix du statut dépend de nombreux critères tels que la taille de l'activité, le nombre d'associés ou encore les perspectives de développement. Il est primordial de se poser les bonnes questions et de comparer les avantages et inconvénients de chaque statut afin de faire le choix le plus adapté à votre projet.
Il est également recommandé de se faire accompagner par un professionnel (expert-comptable, avocat) pour réaliser une étude approfondie de votre situation et optimiser la structure de votre entreprise lors de la création de votre gîte.

bottom of page